top of page

Désinformation de masse et abolition du réel : pourquoi il n’y a plus de Watergate possible.

Dernière mise à jour : 9 mars 2023




Il y a quelques jours a eu lieu un immense événement avec la révélation, preuves à l’appui, des pressions, manipulations, délits et censures exercées pour dissimuler les faits de corruption et de dégénérescence morale (et matérielle) du fils Biden, ceci en pleine élection présidentielle, avec un rôle très actif joué par certains démocrates appuyés par l’État profond mais surtout par la plupart des médias mainstream et la basse besogne des Gafa, Twitter en tête.

L’arrivée d’Elon Musk à la tête de Twitter avait déjà mis le feu aux poudres car celui-ci avait annoncé être favorable à la liberté d’expression ce qui, par les temps qui courent, sème une grande panique chez tous ceux qui avaient depuis si longtemps pris l’habitude de disposer du magistère de la parole autorisée.

C’est donc lui qui a permis la révélation de ce nouveau Watergate puissance 2000 ayant rendu possible l’élection de Biden, avec notamment, entre autres outils, la dissimulation délibérée des éléments à charge contre le clan démocrate et la censure exercée à l’encontre de Donald Trump (quoi qu’on pense du bonhomme) et de ses électeurs pour la plupart réduits au silence pendant l’élection.

Lorsque ces révélations ont été faites il y a quelques jours, j’ai donc pensé que l’ampleur de la désinformation révélée allait déclencher un scandale mondial au regard d’ailleurs des nombreuses implications internationales de cette manipulation (si l’on ne considère par exemple que la question ukrainienne où sévissait le fils Biden), mais aussi au regard du nombre de pays dits libéraux où le soi-disant « progressisme » avance, comme en France, en comptant toujours pour cela sur une censure efficace et un contrôle pressant des moyens d’information et de formation de l’opinion (on connaît le goût obsessionnel de la Macronie pour les dispositifs liberticides en la matière et l’on a vu également l’empressement des européistes à bondir sur Elon Musk pour tenter de l’intimider, tout affolés par la perspective d’une véritable liberté).


Bref, j’ai pensé que, de façon logique, la vérité avait une importance et allait par conséquent avoir des implications de taille. J’ai pensé, comme tout le monde au Watergate.

Rapidement pourtant j’ai été frappée par le fait que cette information capitale était soit, au mieux, minimisée, soit le plus souvent tout simplement invisibilisée, tue, tuée.

Ce qui avait tenu en alerte la planète Twitter pendant toute une nuit au regard de l'importance de l'affaire n’avait tout simplement pas le moindre écho médiatique et politique. Pire : de nombreux médias mainstream se payaient le luxe de produire, sans doute pour allumer des contre-feux, des émissions sur le thème d’un retour prétendu des discours de haine sur Twitter depuis l’arrivée d’Elon Musk et PAS UN MOT sur les révélations du scandale d’Etat Hunter Biden.

Ce scandale aura très vraisemblablement à terme des conséquences importantes sur la politique intérieure voire judiciaire américaine.

Toutefois, nous ne pouvons que constater que nous avons changé d’ère en ce que, tout simplement, il n’y a plus de Watergate possible : l’ère dans laquelle nous avons basculé est celle de la désinformation assumée, et connue. Malgré la connaissance que le public en a, la réalité n’a plus d’incidence sur le traitement politique, idéologique et médiatique des faits.

Dans mon livre sur la Liberté d’expression (je vous prie de m’excuser si je le mentionne mais c’est que je travaille depuis plusieurs années sur ces questions) je propose une réflexion sur l’émergence du concept de « post-vérité », associé ensuite à celui de fake news. Je démontre que la mise en avant de ces deux notions dans le débat public a été en réalité le fruit d’une volonté idéologique de disqualification de certains courants d’opinion et en particulier afin de contrer l’expression démocratique populaire dont le Brexit et l’élection de Trump furent quelques-uns des fruits.

Ces concepts insistent sur l’idée que la connaissance de la vérité n’a plus d’impact sur l’opinion publique, que la "vérité de fait" (pour reprendre l’expression de Hannah Arendt) est devenue indifférente aux individus qui se sont réfugiés dans un système de croyance éloigné de la raison.

Or, le paradoxe de la situation dans laquelle nous nous trouvons est que ce sont les désinformateurs eux-mêmes qui dénoncent de manière systémique tout ce qui ne va pas dans le sens de leurs convictions comme relevant du « faux » : « fact checkers », « debunkers » et autres « journalistes » déploient toute l’énergie possible pour escamoter le réel qui les dérange tout en dénonçant leurs adversaires idéologiques comme étant sortis du « cercle de la raison » : c’est assez pratique et l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même !


Le fait que Julian Assange croupisse (dans l'indifférence médiatique la plus totale) dans les geôles anglo-saxonnes sous diktat américain pour avoir révélé au monde entier les mensonges qui ont fondé les interventions militaires américaines de déstabilisation (notamment en Irak) de ces dernières décennies aurait dû suffire à nous alerter définitivement sur le fait que nous avions changé de régime, à la fois régime politique et régime épistémique : nous ne sommes plus dans un régime démocratique issu des Lumières où la raison et la connaissance viennent éclairer le citoyen et légitimer le pouvoir. Nous sommes bel et bien passés dans le régime de la post-vérité dans lequel les faits, la raison et la vérité (en tant que valeur légitimante) n’ont plus la moindre importance. J’avais produit un article au sujet de la manière dont les événements du Stade de France avaient été traités politiquement et médiatiquement : tout le monde savait la vérité, le monde entier avait VU la vérité, mais le ministre de l’Intérieur pouvait mentir et dire que ce que tout le monde avait vu n’existait pas, et tout ceci n’a emporté strictement AUCUNE conséquence. Nous sommes donc tout simplement sortis d’un régime de vérité qui fonderait l’information du citoyen, par ceux-là même qui prétendent combattre la désinformation.

Rarement la propagande n’a donc atteint un tel niveau de subtilité systémique.


Davantage que les révélations du scandale Hunter Biden, c'est donc bien l'indifférence que cette vérité suscite qui est l'événement majeur incarnant le système dans lequel nous évoluons désormais. Tous ceux qui tenteront de s'échapper de cette caverne de Platon version post-moderne seront disqualifiés, traités de fous, criminalisés voire éliminés, au mimimum médiatiquement.

תגובות


bottom of page